samedi 28 avril 2018

Marret Frères et Lacloche, des nouvelles!

Je reçois aujourd' hui ce courrier qui nous permet de compléter l histoire de deux belles maisons, il m est envoyé par Varujan Krysian qui est installé désormais rue Duphot apres avoir été le dernier à quitter le Louvre des Antiquaires

Gorky Antiquités gorky@gorkyantiq.com

27 avr. 2018 23:47


À moi
Cher Jean-Jacques,
J’espère que vous allez bien. je vous envoie des photos de mes nouvelle acquisitions .
- Parure : Broche ,transformable en pendentif et BO ,ornées de grenats ,perles fines ,diamants de taille ancienne et diamants taillés en rose .
  Dans un écrin d’origine signé Marret frères ; Les poinçons hibou et cygne 
-Épingle de jabot ,en platine et or gris ,ornée de deux motifs hexagonaux en pâte de verre ,sertie de diamants taillés en rose et de taille huit huit . Poinçon de maître illisible,signée Lacloche frères et numérotée 6343 
Bonne soirée 
Varujan




Tout d'abord un grand merci, car ce sont de belles pièces, crées par de beaux joailliers. Pour les frères Marret, j ai traité plusieurs fois le sujet  sur mon blog principal: https://www.bijouxetpierresprécieuses.com

Mais un passage de Vever nous permet de bien dater l époque de ces bijoux car Henri Vever nous permet de 
passer en revue les principales maisons de bijouterie, parmi lesquelles la maison Marret a sa place tout indiquée.
"Sa réputation datait déjà de loin ; nous avons signalé dansnotre premier volume qu 'en 1810 Bénier et Riondelet avaient fondé, cour des Fontaines, n° l, une fabrique de bijouterie que Bénier transféra,
en 1822, 10, rue Vivienne. Quelques années plus tard, en 1826, Bénier s'associa les deux frères
Hippolyte et Charles Marret, et la maison prit alors le nom de Bénier et Marret frères, jusqu'en 1829, époque à laquelle Bénier se retira complètement.
Les deux frères Marret restèrent, sous la raison sociale Marret frères, puis, en 1834, transportèrent leur maison dans l'ancien hôtel de Colbert au n° 16, rue Vivienne. C'est alors que Charles Marret se sépara de son frère Hippolyte (qui continua avec Bénier comme commanditaire), pour alor se rendre acquéreur de la maison Gloria, rue de la Paix, 19, qui prit le nom de son nouveau propriétaire.
Un autre frère, Justin Marret, fabricant d'ordres au Palais-Royal, étant mort en 1844, Hippolyte, tout en conservant l'établissement de la rue Vivienne, racheta son fonds et, quelques années plus tard, en 1849, s'associa les frères Jarry (MaisonMarret frères et Jarry.) (Eugène et Gustave), dont il avait
épousé la soeur en 1832. La raison sociale devint alors Marret et Jarry frères , qui subsista jusqu'en
1858.
Nous pourrions donc penser que ces bijoux ont été vendus sous l étiquette Marret Frères  entre 1829 et 1834


D ailleurs le poinçon de Marret, seul  que publie le ministère de la culture nous offre moins de précisions que Henri Vever.




Épingle de jabot ,en platine et or gris ,ornée de deux motifs hexagonaux en pâte de verre ,sertie de diamants taillés en rose et de taille huit huit de la Maison Lacloche.


Interessant : sur l épingle de la boche une signature "Lacloche Frères"

Beaucoup de charme dans cette épingle , étonnant aussi ces motifs en pate de verre, je pense que vous savez tous ce que sont des diamants taillés en huit-huit
Au passage j ai traité certaines bêtises écrites mais  bientot nous aurons a notre disposition un beau livre écrit par Francis Lacloche et Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber sur "Les Lacloche"

Des commentaires : richard.jeanjacques@gmail.com

mardi 10 avril 2018

Une bague de Georges Le Turcq

Oui Jean Jacques, bien sur vous pouvez utiliser notre photo! Merci Carol Federer GG






J ai decouvert cette bague sur le site de vente STDIBS, j ai des raisons particulières de suivre et découvrir les bijoux de Georges le turcq, alors j avais écrit
Bonjour, je suis heureux de voir une bague de Georges le Turcq, j'ai écrit un article pour le faire redécouvrir Permettez-moi de publier une photo de cette bague sur mon site mail de mes lecteurs L'article que j'ai écris: https://www.xn--bijouxetpierresprcieuses-rfc.com/search?q=Le+Turcq
Bonne journée Jean Jacques Richard.




Donc j ai le plaisir de vous offrir virtuellement une bague de Georges Le Turcq, grâce à mes article, j entretiens même une correspondance soutenue avec ses descendants. Cette bague est reproduite dans le livre III de Vever.


J ai écrit un "petit" livre sur lui, à compte d'auteur mais il est en vente sur tous les grands sites comme amazon par exemple:







Si cette bague vous interesse: 

https://www.1stdibs.com/my/conversations/10165163?utm_source=contact&utm_medium=email&utm_campaign=MCMD-BUYER-CONFIRMATION

lundi 9 avril 2018

L oiseau de Lumiere devenu l'Oiseau de Paradis

Bonjour Mr Richard
Extra!! hier j ai lu votre article sur 1968:
 https://www.xn--bijouxetpierresprcieuses-rfc.com/2018/04/1968-2018-50-ans-quels-bijoux-cette.html
Aujourd'hui, je cherche des bijoux pour mon magasin et je tombe sur une des broches de votre catalogue de 1968 que vous avez appelé "l'oiseau de Lumière"
Je vous joins le lien, vous verrez c'est pas cher!
Bonne continuation
Marie Pascaline L....



Eh bien en effet, Marie Pascaline a raison je me suis rendu sur ces indications à
C'est sur un site que j aime beaucoup: https://www.1stdibs.com

1875€ (2126€),c'est vrai, ce n'est pas cher, alors j en suis un peu contrit, mais d'un autre coté, il ne faut pas faire monter les prix???

Un peu ému quand même de retrouver des pièces qu on a aimé et tenu entre ses mains!


C'est en effet la page du catalogue de la bijouterie familiale en 1968, il y avait 3 ans que j'avais rejoins le magasin et l atelier à Rouen, j avais 26 ans, contrairement (mais c'était pour eux difficile à dater) a ce que dit Antique Jewellery company, ce n'est pas des années 1950 mais bien de 1968


J'espère que nos amis anglais ne m' en voudront pas d avoir emprunté leur photos que je trouve excellentes


Prêt à s'envoler




La publicité presse de l'époque.

Pour certains au travers de leurs enfants, ces grandes maisons continuent 
Maison Vaneste à Lille:http://www.vaneste.fr/
La maison Beaumont Finet à Lyon: http://beaumont-finet.com/


Plus ancienne que Mellerio, , la maison Dejouy dont les origines remontent au XVe siècle,a fermé, mais cela a fait l objet d une vente exceptionnelle, ci dessus 1900 bijou de Henri Dubret.


Ils ne sont pas tous sur cette photo, mais Monsieur Vaneste de Lille avec un bandeau de deuil, Monsieur Michelon de Montpellier , a gauche de Vaneste, mon père Jean Richard et ma mère a ses cotés, derrière souriant, Monsieur Peyrot Rudin de Nice, que de conseils il m'a prodigué quand j ai passé un an à Nice, puis au premier rang, le jeune homme avec un dossier à la main Henri Moncièro, notre excellent chef d'atelier de la coopérative de fabrication, l'atelier était rue de la Paix.....à Nice.


Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes 
Des jours heureux où nous étions amis. 
En ce temps-là la vie était plus belle, 
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui. 
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. 
Tu vois, je n'ai pas oublié... 
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, 
Les souvenirs et les regrets aussi 
Et le vent du nord les emporte 
Dans la nuit froide de l'oubli. 
Tu vois, je n'ai pas oublié