vendredi 21 décembre 2018

Photos de dames avec Bijoux en 1900



A propos de mon article sur Eugene  Feuillâtre:

https://www.richardjeanjacques.com/2018/12/eugene-feuillatre-un-joaillier-un-grand.html

je voulais trouver des photos de dames enbijoutées, enbagouzées,  pour illustrer l'époque 1900....et je n en ai pas trouvé!!



 Je n'ai trouvé que des  demies mondaines , des cocottes, Lucie Gérard par exemple
GÉRARD, Lucie SIP. 97-6. Photo Reutlinger.jpg



Des actrices comme la belle Otero (de tres bon rapport pour les joailliers



Suzanne Derval


Lucy Gerard Naissance  2 juin 1872 Lyon Décès 1941


Des Reines évidemment ici Victoria


La Reine d Italie

Mais de grandes dames de la bourgeoisie ou de familles fortunées , je n ai pas trouvé
Alors si vous pouvez nous aider?????

JJ Richard: richard.jean jacques@gmail.com


Les objets de vertu

Michelle, me demande
N’oubliez pas de me dire ce que sont « les objets de la Vertu », pour le cas où j’en manquerais !!




Une belle exposition au Musée Cognacq Jay avait eu lieu en 2011
Chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie, en or, enrichis de pierres dures ou précieuses, d’émail, de porcelaine, d’ivoire ou de nacre… étaient dès le XVIIIe siècle l’objet d’orgueil et de convoitise Leur forme était parfois étrange, prenant l’apparence d’un dromadaire, d’un tatou, d’une jambe, d’une tête, d’un violoncelle… Leur usage, participant aux rituels de la vie quotidienne, témoigne des pratiques de la sociabilité au Siècle des Lumières : le tabac, les modes cosmétiques, le jeu…
L’origine de cette expression reste quelque peu mystérieuse. Un orfèvre, appelé « vertue » leur aurait donné son nom à moins qu’il ne s’agisse des « vertueux », artisans et artistes ayant quitté la France après la révocation de l’édit de Nantes, pour ne pas renier leur religion. Le XVIIIe siècle parle de tabatières mais d’autres bibelots ont été fabriqués pour une riche clientèle. Nous découvrons des boîtes à mouches, des boîtes à bonbons, des étuis à cire, des boîtes à portraits,…




les secrets de leur fabrication sont dévoilés : techniques de l’orfèvrerie pure, associée à celles de la joaillerie, sculpture et gravure sur pierres dures (jade, agate, etc.), miniatures sur ivoire, sur porcelaine, en émail ou en vernis Martin… leur usage expliqué, notamment au moyen de gravures et de tableaux, empruntés dans les grandes institutions parisiennes.


l' objet de vertu dans lequel la vertu est destinée à suggérer des matériaux riches et un niveau supérieur de finition et de finition raffinées, et exclurait généralement les objets ayant une fonction pratique, en se limitant aux "pièces de collection". qui sont purement décoratifs. Les objets de vertu reflètent l'esthétique raréfiée et la consommation évidente caractéristiques de l'art de la cour, qu'il s'agisse des ducs de Bourgogne de la fin du Moyen Âge , des empereurs moghols ou des Ming et plus tard de la Chine impériale. Les exemples pourraient être invoqués de l' Antiquité et, tandis que la production avant la Première Guerre mondiale dePeter Carl Fabergé , incarné par les célèbres œufs Fabergé , fabriqués à la manière de véritables œufs de Pâques , mais utilisant des métaux précieux et des pierres précieuses plutôt que des matériaux plus banals, sont des exemples tardifs d' objets de vertu . Un terme comparable qui apparaît dans les catalogues de vente français des XVIIIe et XIXe siècles [bien qu’il soit maintenant moins utilisé, est objets de curiosité , "objets de curiosité" maintenant dévolus à la curiosité moins valorisée . Donner des détails fin morceaux d'affichage Renaissance en argent qui incorporent des éléments organiques tels que les autruches œufs, les noix du coco de mer et des coquillages de mer sont regroupés en un volume, publié en 1991, « Les de curiosités » dans les catalogues de la Waddesdon Bequest au British Museum