mercredi 12 septembre 2018

Un merveilleux collectionneur

"As tu vu l article de Laurence Mouillefarine  sur Barlach Heuer dans la gazette Drouot? il est chouette son truc. Je crois que tu la connais c'est passé le 13/07/2018" 
Pierre, un copain depuis 40 ans, m' adresse ce mail, Eh bien non, je ne l ai pas lu, en retraite difficile d'être abonné à toute la presse.
J ai demandé à mon médecin, il est abonné, en effet , très bon article, j'ai demandé a Laurence qui a demandé elle aussi l autorisation au rédacteur en chef de la Gazette Drouot qui a donné son accord et.....


Heureusement, il existe un cliché pour témoigner des trésors que Barlach Heuer eut entre les mains. Une nature morte réalisée par son fils Tomas, photographe professionnel, qui s’est plu à mettre en scène des bijoux art déco exceptionnels comme s’il s’agissait d’un butin… En vrac ! Certes, à l’époque où Barlach Heuer se penche sur la joaillerie moderniste des années 1920, elle est loin d’avoir la valeur qu’elle atteint aujourd’hui. Ne cherchez  aucun signe extérieur de richesse chez ce collectionneur. Barlach, peintre et graveur,habite un appartement au décor spartiate, qui lui sert également d’atelier. 88 ans, la minceur de l’ascète, il a toujours le regard bleu profond et l’enthousiasme d’un jeune homme. Une pile de cartons encombre l’entrée.
Que contiennent-ils ? Quatre-vingts verreries destinées à rejoindre Conches. Cadeau ! C’est la énième donation que reçoit de sa part le musée du Verre fondé par cette ville de l’Eure. La plus récente, autour de «Loetz 1900», une manufacture de Bohême, y fait actuellement l’objet d’une exposition – une première en France. Barlach a l’âme d’un
passeur. «Il faut protéger les objets d’art et ne pas les enfermer égoïstement dans un coffre», plaide-t-il. On ne compte pas les oeuvres qu’il a offertes aux musées d’Orsay et des Arts décoratifs, à Paris, ou aux institutions allemandes.
À ce titre, il a été fait chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. 



OBJETS MALTRAITÉS. Barlach Heuer est né en Allemagne, dans un milieu cultivé. Son père – collectionneur de tableaux expressionnistes, bannis par le nazisme – lui donna pour prénom le patronyme d’un de ses amis, Ernest Barlach, sculpteur et poète. Après une formation de menuisier, notre héros entre aux beaux-arts de Hambourg. Au cours de fouilles archéologiques, il rencontre sa future femme, Laurence, une Française. Soulagé de quitter
l’Allemagne dévastée de l’après-guerre, il arrive à Paris, deux valises à la main ; dans
l’une, des vêtements, dans l’autre du matériel de peinture. Le couple habite une chambre
de bonne au nord de la capitale. Aussi l’artiste a-t-il l’occasion de parcourir le marché
aux puces de Saint-Ouen, là où, un matin, son oeil est attiré par des vases en verre. Lesquels s’avéreront dater de 1900. «C’est moins la beauté des objets qui m’a touché que le fait qu’ils étaient maltraités.» On n’imagine plus à quel point l’art nouveau, le «style nouille», fut un temps méprisé. «Pour les rendre brillantes, les «brocs» ciraient les verreries par dessus la saleté. Je les nettoyais et, soudain, se révélaient la transparence, la subtilité des coloris, une signature : Gallé, Daum, Tiffany…
Ces noms m’étaient inconnus, j’étais guidé par ma seule intuition.» Barlach n’a pas
un sou en poche, mais de la passion à revendre. Il attendrit les puciers, qui acceptent de
lui faire crédit, bel exploit. Ses premières trouvailles, il les négocie auprès de ses compatriotes, moyennant un maigre bénéfice. Pour chiner, Barlach parcourt des kilomètres,
explore la moindre foire à la brocante. «Qu’il y ait un objet extraordinaire dans un lot de
babioles, il va droit dessus, comme s’il était doté d’un radar !», s’amuse Laurence Serre,
qui l’a rencontré au marché Biron, où elle  tient un stand intitulé «Choses et autres choses». Les tonalités irisées de la verrerie de Loetz émerveillent particulièrement le peintre ; elles lui inspireront une série de monotypes. Il en constitue une collection, qu’il cède au musée de Düsseldorf. Bientôt, Barlach recherche des verreries, des céramiques et des bijoux pour des marchands germaniques. Après les créateurs de l’art nouveau, il découvre naturellement les verriers de la génération suivante, tout aussi oubliés : 
Decorchemont, Marinot, Schneider et ses couleurs audacieuses. Ses amis Laurence et
Jean-Pierre Serre collectionnent également les oeuvres de Schneider. Ensemble, ils montent une exposition, qui tourne à travers huit musées d’Europe. À chaque étape, Barlach offre une pièce à l’institution qui les accueille.


Or, voilà qu’au cours de ses chasses au trésor, l’esthète tombe en arrêt devant un pendentif
des années 1930 : une monumentale aigue marine montée de platine. Signé Templier.
Quelle pureté de ligne ! Il le veut. «Impossible, répond le commerçant, je viens de vendre
la pierre». Pas question que cette merveille soit démontée, Barlach ne quittera pas la boutique sans elle. Il obtient gain de cause.
Ouf ! Notre collectionneur se lance dans une nouvelle quête obsessionnelle. Pour chacun
de ses bijoux, il va s’endetter. Éternellement fauché. Précisons, cependant, que les
gemmes le laissent de glace. Ce qui l’éblouit ? L’inventivité de certains joailliers de l’entredeux-guerres, adeptes de l’abstraction. Peu de professionnels s’intéressent alors à cette production. Yvette Baran, spécialiste de l’art nouveau, se pare volontiers de bijoux de Fouquet. «Élégante, elle promenait un pendentif taillé dans le cristal de roche qui me fascinait. » Le beau Barlach fréquente assidûment la boutique Au Vieux Cadran, rue Bonaparte, et bien-sûr celle de Michel Périnet, rue Danielle-Casanova. Cet ancien fabricant
reconverti dans les bijoux d’occasion est, lui aussi, un pionnier. Il est le premier à défendre
les créateurs du début du XXe siècle, quand sa clientèle réclame encore des
parures Napoléon III. 

STOCK EN SOLDE
Nous sommes dans les années 1960, les joailliers qu’admire Barlach sont encore de ce
monde. Il suffit de consulter l’annuaire pour retrouver leur trace. Gérard Sandoz et Jean
Fouquet, lesquels ont connu la gloire avant la guerre, vivent dans le dénuement. Raymond
Templier dispose toujours d’un bureau.
Lorsque Barlach s’y rend, la secrétaire du joaillier est chargée de solder le stock de
modèles art déco, bagues ou étuis à cigarettes, qu’elle juge démodés. Alors qu’ils bavardent, elle ouvre le coffre dont elle exhume un petit chef-d’oeuvre : un clip formé d’une tête de  femme cubiste par Gustave Miklos, en argent et vermeil, avec son modèle en plâtre. Le prix ? Insignifiant. Barlach les emporte, comblé.



Et dans un même élan, il achète les archives de Raymond Templier que son assistante
s’apprête à jeter…
Le collectionneur ne peut conserver ses bijoux chez lui sans risque d’être cambriolé. Son
épouse ne les portera jamais. Enseignante, Laurence ne partage pas son goût pour les antiquités et, plus encore, déteste les antiquaires.
Barlach confie l’ensemble au Schmuckmuseum de Pforzheim, seul musée du bijou en
Allemagne ; un prêt à long terme. Arrive 1975. 
Pour commémorer le cinquantenaire de l’Exposition internationale de 1925, on prévoit de
présenter des reliures appartenant à l’expert Félix Marcilhac aux côtés des joyaux de Barlach. 
Celui-ci rédige un texte pour le catalogue. Est-il trop lyrique ? La signature de l’auteur
n’est-elle pas assez prestigieuse ? Le directeur du musée refuse de le publier. Barlach est
attristé et, l’exposition terminée, il reprend ses biens. Tous ! Il s’en séparera, petit à petit, pour subvenir aux besoins de sa famille. La majorité des pièces part aux États-Unis. Le pendentif de Miklos rejoint quant à lui la Galerie des bijoux du musée des Arts décoratifs, à Paris. Le plâtre, aussi, est en sécurité. Nul ne pourra en tirer des reproductions.
Barlach n’a pas gardé le moindre objet. Il n’en éprouve aucune nostalgie. La possession
n’est rien comparée à l’émotion de la rencontre ! Encore aujourd’hui, il lui arrive de
passer aux Puces « pour se rincer l’oeil » comme il le dit et, parfois, le désir le reprend...
Lors de son dernier achat, alors que notre octogénaire quittait la boutique, fébrile, son
trophée voluptueusement serré contre son coeur, le marchand lui courut après : dans
son excitation, Barlach avait oublié sa canne !  

La passion donne des ailes.

Journaliste, spécialiste des antiquités et du marché de l'art, Laurence Mouillefarine anime la rubrique consacrée aux collectionneurs dans Madame Figaro et collabore régulièrement à la revue Architectural Digest. Elle est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur les collections et l’art de collectionner. Il suffit pour s'en convaincre de se rendre sur : https://www.amazon.fr/Laurence-Mouillefarine/e/B004MO1BNA