lundi 9 avril 2018

L oiseau de Lumiere devenu l'Oiseau de Paradis

Bonjour Mr Richard
Extra!! hier j ai lu votre article sur 1968:
 https://www.xn--bijouxetpierresprcieuses-rfc.com/2018/04/1968-2018-50-ans-quels-bijoux-cette.html
Aujourd'hui, je cherche des bijoux pour mon magasin et je tombe sur une des broches de votre catalogue de 1968 que vous avez appelé "l'oiseau de Lumière"
Je vous joins le lien, vous verrez c'est pas cher!
Bonne continuation
Marie Pascaline L....



Eh bien en effet, Marie Pascaline a raison je me suis rendu sur ces indications à
C'est sur un site que j aime beaucoup: https://www.1stdibs.com

1875€ (2126€),c'est vrai, ce n'est pas cher, alors j en suis un peu contrit, mais d'un autre coté, il ne faut pas faire monter les prix???

Un peu ému quand même de retrouver des pièces qu on a aimé et tenu entre ses mains!


C'est en effet la page du catalogue de la bijouterie familiale en 1968, il y avait 3 ans que j'avais rejoins le magasin et l atelier à Rouen, j avais 26 ans, contrairement (mais c'était pour eux difficile à dater) a ce que dit Antique Jewellery company, ce n'est pas des années 1950 mais bien de 1968


J'espère que nos amis anglais ne m' en voudront pas d avoir emprunté leur photos que je trouve excellentes


Prêt à s'envoler




La publicité presse de l'époque.

Pour certains au travers de leurs enfants, ces grandes maisons continuent 
Maison Vaneste à Lille:http://www.vaneste.fr/
La maison Beaumont Finet à Lyon: http://beaumont-finet.com/


Plus ancienne que Mellerio, , la maison Dejouy dont les origines remontent au XVe siècle,a fermé, mais cela a fait l objet d une vente exceptionnelle, ci dessus 1900 bijou de Henri Dubret.


Ils ne sont pas tous sur cette photo, mais Monsieur Vaneste de Lille avec un bandeau de deuil, Monsieur Michelon de Montpellier , a gauche de Vaneste, mon père Jean Richard et ma mère a ses cotés, derrière souriant, Monsieur Peyrot Rudin de Nice, que de conseils il m'a prodigué quand j ai passé un an à Nice, puis au premier rang, le jeune homme avec un dossier à la main Henri Moncièro, notre excellent chef d'atelier de la coopérative de fabrication, l'atelier était rue de la Paix.....à Nice.


Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes 
Des jours heureux où nous étions amis. 
En ce temps-là la vie était plus belle, 
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui. 
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. 
Tu vois, je n'ai pas oublié... 
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, 
Les souvenirs et les regrets aussi 
Et le vent du nord les emporte 
Dans la nuit froide de l'oubli. 
Tu vois, je n'ai pas oublié