vendredi 28 juillet 2017

Quelques exemples de courriers reçus sur les grands de la Joaillerie




Claude Arpels et sa seconde femme

Je lirais votre dossier Van Cleef qui parait passionnant car en plus petite fille j’avais rencontré à l’hôtel à la montagne Claude Arpels sa femme et son fils qui devait avoir à peu prés mon âge avec lequel j’avais sympathisé. Déjà passionnée de bijoux à l’époque j’avais demandé à Mme Arpels d’essayer ses bijoux (un rêve pour moi!) ce qu’elle m’avait autorisé à faire avec beaucoup de gentillesse!! Ca reste un très beau souvenir de petite fille
Rebecca B......





Monsieur,
Je viens de lire votre blog recent sur les Lemonnier, et je voulais en premier lieu vous remercier tres sincerement. Je descends en effet en ligne directe des Lemonnier (par Marguerite Charpentier, mon arriere arriere grand mere). Passionne par le 19 eme siecle, et notamment la litterature, la peinture et la vie politique, j'ai consacre beaucoup de temps a collecter des informations sur les Charpentier, a travers des lectures, des recherches documentaires ou des rencontres diverses (universitaires, conservateurs de musee, petit fils d'Emile Zola,..).. A plusieurs reprises, j'avais cherche des elements sur les Lemonnier, mais les resultats etaient restes relativement limites (en gros, la lecture du livre de Michel Robida).. Votre blog constitue donc une source extremement riche, qui devrait m'aider a ouvrir beaucoup de pistes... Encore mille fois "merci" pour ce travail!! Serait-il possible de prolonger cette lecture par un entretien telephonique a defaut d'une rencontre (j'habite a Versailles et je crois que vous etes dans le Gard).
Dans l'attente de vous lire.
Cordialement.
Thierry Mag.......





Bonjour,
je suppose que vous parlez de la photo où Frédéric Boucheron est costumé à l’orientale et de celle figurant dans Photos & Documents où il a la main droite appuyée sur le dossier d’une chaise. Ces deux photos sont issues d’un album en ma possession provenant de mon arrière-grand-père Georges Radius, neveu et collaborateur associé de Frédéric Boucheron.
Vous pouvez les utiliser pour votre magnifique blog que j’ai d’ailleurs indiqué en lien sur la page de Frédéric Boucheron.
Je vous demande juste, comme déjà fait avec d’autres personnes, dont Madame Sablier de la maison Boucheron, de faire figurer la mention “collection Radius et Margelidon” avec chaque photo.

Bien cordialement.
Bruno Margelidon




Merci,
Vous avez une quantité incroyable d'archives !
Je suis nostalgique des magnifiques modèle de leur boutique Rue de la Paix il y a 4/5 ans.
Merci encore
Anna Tabakhova  auteure du livre ci-dessus





Cher Jean Jacques,
C'est un bien modeste salaire, mais je n'ai jamais réussi à laisser un commentaire sur votre page.
Je ne sais pas comment il faut faire !
En tous les cas bravo et merci pour la profession !
Bien amicalement
Fabian de Montjoye
http://www.fabiandemontjoye.com/bijoux-anciens/art-deco/2014-broche-art-deco-vase-fleuri-platine-diamant-rubis-saphir-emeraude


Roger Levy Debled l homme de confiance d'Alfred Van Cleef en 1925 devant le magasin de la place Vendome.
https://richardjeanjacques.blogspot.fr/2017/06/petites-rubriques-duhamel-bijoutier.html

Très souvent des gens se retrouvent, ils m ont ecrit, je les mets en relation  et c'est un bonheur

Dear M. Jean-Jacques,
While reading your interesting website concerning the history of the Van Cleefs and Arpels, I noticed that a daughter of Roger Levy-Debled had sent you some photos.
In doing research on my family history, I discovered that M. Levy–Debled’s father, Bourcard Levy, was the younger brother of my great-grandmother, Pauline (Levy) May. I would be interested in making contact with this branch of the family. Thus I would like to ask whether you would be able to tell me how to get in touch with M. Levy-Debled’s daughter.
Thank you in advance for your help.

Sincerely,
Joseph Eichberg
Houston, TX
USA

Cher M. Jean-Jacques,
En lisant votre site intéressant concernant l'histoire des Van Cleefs et Arpels, j'ai remarqué qu'une fille de Roger Levy-Debled vous avait envoyé des photos.
En faisant des recherches sur l'histoire de ma famille, j'ai découvert que le père de M. Levy-Debled, Bourcard Levy, était le plus jeune frère de mon arrière grand-mère Pauline (Levy) May. Je serais intéressé à prendre contact avec cette branche de la famille. Je voudrais donc vous demander si vous pourriez me dire comment entrer en contact avec la fille de M. Levy-Debled.
Merci d'avance pour votre aide.
Cordialement,
Joseph Eichberg
Houston, TX
Etats-Unis


Au sujet des frères Rubel



Cher Monsieur j ai découvert avec grande surprise votre étude sur ma famille.
Je suis Michel RUBEL fils de Marcel RUBEL et mes oncles étaient Jean et Robert RUBEL.
Rubel Marcel a continué l affaire après la guerre et a créer Marcel RUBEL SA rue Lafayette
Cette Société a été longtemps la première affaire de Diamant en France. A la suite de Marcel Rubel , j ai repris la suite de l affaire qui n existe plus depuis quelques années.
J ai très bien connu mes oncles qui ont participé en temps que conseillers a des créations dans la Société Marcel RUBEL.
Je serai ravi de pouvoir vous rencontrer un jour pour échanger d autres informations. Je suis très admiratif sur la qualité du travail que vous avez fait pour retrouver ces archives
Sincères salutations
Michel Rubel

Cette famille a fait énormément pour Van Cleef et Arpels, pour d'autres aussi avec une qualité qui honore la joaillerie française, je me devais de les mettre à l honneur:
https://richardjeanjacques.blogspot.fr/2013/06/john-robert-rubel-joailliers-francais.html

A propos des bijoux de la guerre 1914-1918



La guerre 14 le 100 eme anniversaire:

https://richardjeanjacques.blogspot.fr/2013/09/la-bague-du-poilu-1914-1918.html

Un article sur cette boucherie, m'avait permis de montrer les bijoux faits par les poilus sur le front.
Cela m'avait valu un courrier de l'ancien et regretté (à commencer par moi) directeur de l'école de bijouterie de la rue du Louvre,

Mon cher Maître,
Superbe iconographie ! Les objets de tranchée sont souvent plus loquaces que les livres d'Histoire. Ils mériteraient la création d'un département au musée des Arts et Traditions Populaires tant ils sont représentatifs de la sensibilité et de l'ingéniosité de nos aïeux. Il y eut, outre les pièces d'orfèvrerie "petite partie", des ouvrages d'horlogerie extraordinaires, dont de rarissimes pendules d'officier, fabriquées en première ligne. Je sais aussi des cadeaux envoyés à des marraines de guerre de nature plus espiègle er même des automates. Il serait accessoirement intéressant de savoir combien d'héritiers de "grandes maisons" servirent au front et dans quelles conditions ?
Il exista, également, une bijouterie issue de l'univers des stalags et des camps de concentration. C'est un hymne à la vie.
Merci pour ces précieux documents. Ils appartiennent de plein droit à la légende du métier.
Amicalement,
Patrice Ordas

Un breton à un breton, qu'a t il voulu dire par "Mon Cher Maître" , peut être a propos de  ma qualité de "Maître Artisan Joaillier"?



Ostertag, Verna et Suzan Flato


Des années que je reçois, des courriers, certains posent des questions intéressantes, je réponds, mais pourquoi ne pas faire profiter tous mes lecteurs du problème résolu.
Évidemment, ce sont souvent des sujets délicats, des fiançailles rompues, des divorces difficiles, des cadeaux reçus, souvent des achats incertains, car la personne s'est renseignée et elle a des doutes.
Je ne publierais pas les courriers de ceux qui ne le désirent pas, même anonymement, mais si certains ont été heureux de ma réponse, cela peut servir a d autres.
Souvent aussi, une personne met son nom, ou un nom qui l intéresse sur un moteur de recherche, et elles découvrent que j'ai écrit sur un ancêtre dont elle ne connaissait pas l existence, l importance dans nos métiers.
Il s'en suit des échanges fructueux, et j aimerais les faire partager.
Un exemple Suzie Flato.

Cher Monsieur,
Je viens de découvrir votre site. Je suis la fille de Mme Verna Ostertag épouse d'Arnold. Quelques années après la mort de celui-ci le 1er avril 1940 (il fut enterré dans notre caveau de famille en Pennsylvania) ma mère épousa Paul Flato dont je suis l'issue. Après son divorce et après la guerre elle revient en France prendre possessions des biens d'Ostertag et je grandis au 16 Place Vendôme dans les années 50. Je vis maintenant à NY et une partie de chaque année à Paris. Cela me ferait plaisir de vous parler.
Cordialement,
Susan Flato

Ps. Je vous envois une photos de lui!!

Uln plaisir incommensurable que de recevoir un tel message, alors j ai, grâce à Suzan Flato, complété mon article

J ai fait aussi la connaissance de Suzan, un caractère doublé d'un grand charme

Voila mon projet, j espère que mes lecteurs a qui je pourrais rendre service voudront bien participer, même anonymement.