Avoir un peu d'or fin dans son atelier

Bonjour,
Vous avez mis sur facebook, un lien vers un article de votre blog, pour traiter soi meme ses limailles, vous annonciez une deuxieme méthode, mais je ne l ai pas trouvée
Comment faire?
Merci
Robert Delassus

En effet j'ai publié sur mon blog "bijoux et Pierres Précieuses " en 2008 (déja 10 ans!!!)
https://www.xn--bijouxetpierresprcieuses-rfc.com/search?q=or+fin+chez+soi
un article sur le traitement des limailles pour refondre soi même ces limailles, je vais vous l' expliquer ci-dessous.

Surtout, si une cliente vous donne une broche de ce type pour contrepartie d or, ne fondez pas ce bijou, il est  de Van Cleef et Arpels. 
Réalisé a Paris pendant la guerre de 39-45, chez Van Cleef et Arpels, c'est une merveille due  à René Robert qui fut le directeur artistique et chef d'atelier de VCA pendant l' aryanisation de 1940 à 1944. Pendant la guerre, il n'y avait pas un Van Cleef à Paris (et à partir de 1942 plus de Van Cleef du tout puisque la patronne Renée Rachel Van Cleef s'est, ou a été suicidée à Vichy, les Arpels étaient aux Etats unis ou entre Cannes et Mougins et quelques semaines avant le débarquement, Jacques Arpels et sa femme passèrent en Suisse pour ne revenir qu'en novembre 1944.





Mais si vous avez des "broutilles" je vous livre une deuxième méthode pour obtenir de l 'or fin, cette méthode  est plus subtile que la première. Mais si elle nécessite plus de précautions, elle est plus “magique” .' Il s'agit cette fois de dissolution et de précipitation.
Après avoir dégraissé,  nettoyé les broutilles, et éliminé les métaux ferreux avec un aimant.


Mettre vos déchets dans l eau régale et observez

On prépare une  solution appelée de l'eau régale (en vieux français : eau royale) : une partie d'acide nitrique, plus trois parties d'acide chlorhydrique. Mélanger sans risque de projection, bouillonnement ou autre ; seuls peuvent se produire les effets habituels à la manipulation des acides. Il faut faire ces mélanges d'acides au calme.
Faites attention l'eau régale est plus puissante encore qu' un acide simple, et votre blouse aussi prend des risques.

 A nouveau nous utiliserons la coupelle en verre (en pyrex) posée sur une grille ou une amiante, à demi remplie d'eau régale. Le tout sur un réchaud, et l'ensemble dans une hotte ou une cheminée à fort tirage, toujours à cause de ces vapeurs nauséabondes, et nocives il faut le savoir et en tenir compte.





Mon ami Michel Zimmerman qui habite, 46 Côte de la Fabrique, Québec, QC G1R 3V7, Canada avec qui je me suis entretenu de cet article m'a dit qu' il avait toujours une vieille boule en verre qui servait à traiter les limailles, je lui ai évidemment demandé une photo voici les photos et sa réponse.

Voici en attaché la fameuse boule de verre. Elle mesure 35 centimètres de hauteur et fait 29 centimètres de diamètre. Un objet certainement devenu très rare.




 Mon ami Zimmerman est facile a trouver dans sa rue, il est entre  le magasin "Bec et Bonbon", et la "parfumerie Jolicoeur " en face de l' Hôtel de Ville de Quebec. Ce sont des mots qui parlent.

Il anime aussi un forum important pour ceux qui veulent fabriquer. Tous les sujets sont traités.
http://bijouxalacheville.forumactif.org/




Déposer petit à petit les broutilles.



Voir le métal se dissoudre dans l eau régale


L'eau régale va dissoudre l'or et l'argent_lorsqu'elle reste à la température ambiante. A chaud, elle dissout aussi le platine. Alors, ne pas hésiter à chauffer cette “liqueur” (comme disent les chimistes), tout ce qui brille n'est pas or, et on peut ajouter : tout ce qui est blanc n'est pas de l'argent, mais peut être de l'or blanc... ou du platine... Alors bouillons !
Inutile de préciser que quelle que soit la couleur ou la consistance que prendra la solution, elle garde une valeur certaine. Tout le métal, même invisible existe, il se dissout comme un sucre dans une tasse de camomille et nous en aurons la preuve lorsque les opérations seront terminées. Il est possible aussi que n'apparaisse plus aucune action et que ce soit le calme plat. On peut alors insister en ajoutant progressivement de l`acide, puis laisser reposer pendant deux à trois heures.

Kitchen Craft, bocal à cornichon 2 litres25


 Pendant ce temps, préparer :
1° un autre récipient très grand, pouvant contenir trois à quatre litres de liquide ; le genre bocal à cornichons des temps anciens dans lesquels on plongeait une grande pince en bois, et en verre ordinaire de préférence, car la précipitation que l'on va effectuer maintenant mérite d'être vue.
2° se procurer du sulfate de fer. Ce produit a l’inconvénient d'être hydrophile et il est nécessaire de l’ utiliser le plus rapidement possible, faute de quoi l'action que l'on en attend peut être atténuée. En prendre livraison dans un récipient hermétique et l'utiliser vite.

Poser sur le grand bocal un entonnoir en plastique (pas fragile et vite nettoyé) que l'on bouche d'un petit tampon (pas trop), et verser doucement dans le grand bocal la liqueur enrichie des métaux en suspension. C”est long à passer, mais ce faisant, on élimine des matières minérales nuisibles, sinon
inutiles ; et de toute manière, il est préférable de travailler dans le “propre”.

Et maintenant, dans la liqueur, au fond du grand bocal, saupoudrer de très peu de sulfate de fer : une pincée suffit pour débuter, et attendre. Au bout d'un court instant se produit une précipitation ; bouillonnement, effluves, vapeurs, montée du niveau (c'est pourquoi le,grand bocal) c'est un aperçu de l'enfer ! Puis... le calme.



Et commencent à descendre, venant on ne sait où, des parcelles brunes.
Lorsque la liqueur est redevenue calme, recommencer autant de fois que se produit la réaction tumultueuse première, même en insistant un peu plus que nécessaire.
Décanter bien longuement, filtrer pour concentrer l'or en poudre, mais conserver la totalité de la liqueur qui contient en suspension de l'argent, et peut-être du platine. Faites réduire le volume de liquide en chauffant et en laissant évaporer, et conserver cela a l'abri des mains inexpertes .




Photo Greenhorn. Or raffiné précipité par le procédé à l'eau régale.


Cette poudre brune, vous le savez maintenant, est de l'or et sûrement plus près des 1 000/1 000 que par le procédé utilisant le cuivre, puisque rien n'a été ajouté aux broutilles, au contraire. Reste donc à soigneusement laver, sécher et fondre.



Avant de procéder à la mise au titre,  faites un premier lingot de métal fin, et, ensuite d”allier des morceaux d'or fin à des morceaux d'argent fin et à des morceaux de cuivre. ll est toujours à craindre, en voulant fondre de la poudre, aussi bien enveloppée qu”elle le soit dans le papier de soie alcoolisé, que des particules s”échappent sous l'action du borax en poudre fondant au feu, ou de la pression de l'air du chalumeau ; ce qui risque de fausser le titre, danger redoutable.
Voici le deuxième procédé artisanal pour obtenir de l'or fin. Je dis bien artisanal, car des procédés industriels ne manquent pas.
L”important, pour nous est de pouvoir remettre en “fin” une petite quantité de broutilles, car cela peut servir d'en avoir à l atelier, mais aussi de réduire en fin les limailles d'or gris, qui contrairement aux morceaux qui peuvent se refondre aisément, nécessitent, pour être réutilisées des moyens et des installations particulières.

Heureusement il y a beaucoup de fondeurs d or qui peuvent traiter vos limailles moyennant finances, mais je ne ferais pas de publicité.

Merci à  Michel Zimmerman et à Robert Arnold

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire