vendredi 27 octobre 2017

La croix du Pont D'Estaing: Suite



La fille de Henri Lesieur, joaillier fabricant français , qui créa de nombreux modèles de bijoux mais qui attaché a son pays natal avait reproduit à sa manière la Croix qui se trouve sur le pont d'Estaing, m'a adressé un courrier ce mois d octobre 2017.

Bonjour Jean-Jacques,

Nous sommes passés par Estaing (nos mails avaient ravivés des souvenirs), Jacques a pris des photos :
1) la croix du Pont
 2-3) l’autre croix….
Bises
Anne-marie LESIEUR 

J'ai traite ce sujet que je vous invite à lire ou à relire:
https://richardjeanjacques.blogspot.fr/search?q=croix+pont+d+estaing




Cette croix est caractéristique de la technique employée par les grands ferronniers du XVIIIe siècle.
Elle est composée d'un enchevêtrement de fers plats formant des lignes qui se croisent et un motif répété 5 fois : une fleur à 4 pétales incluse dans un cercle. Une croix en forme de X décore la croisée des bras. Une fleur de lys agrémente l'extrémité des branches.


Si vous lisez le premier articles, vous comprendrez qu 'il y a deux croix du pont d'Estaing.




Je profite de cet envoi de photos pour les juxtaposer, à gauche, la première croix du Pont d'Estaing, qui a été exilée à la sortie du Village, et à droite, celle offerte par Henri Lesieur , modèle de celle qui fut tirée en or à des milliers d 'exemplaires.

Merci Anne Marie et son mari.


3 commentaires:

  1. Bonjour Madame,
    >
    > Monsieur Jena-Jacques Richard avec qui j'ai eu plusieurs échanges de courriers m'a répondu que vous l'autorisiez à me donner votre adresse mail afin que je puisse vous poser mes questions restées pour l'instant sans réponse.
    >
    > Je suis président du Sport Quilles Espalionnais, société de quilles de huit (le sport aveyronnais) et nous fêterons en 2021 les 100 ans du club. Je recherche des renseignements sur tous les challenges disputés depuis la création de la société entre autres "La Coupe de la Croix du Pont d'Estaing".
    >
    > Par ailleurs, je suis très attaché au village d'Estaing où je compte de nombreux amis et l'"histoire" de la Croix du Pont m'intéresse particulèrement.
    >
    > Je vous envoie en fichier joint un document sur lequel j'ai réuni un certain nombre d'interrogations et quelques photos pour illustrer mes propos. J'espère que vous pourrez m'apporter des réponses aux différentes questions que je me pose.
    >
    > En vous remerciant,
    >
    > Cordialement,
    >
    > Jean Moisset
    >
    > Président du Sport Quilles Espalionnais
    >
    >

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Monsieur,

    Effectivement, la Croix qui est sur le pont est une croix que mon père a fait fabriquer dans les années 60 car le ministère s’occupant des monuments historiques voulaient faire enlever tous les documents émis considérant que tous les termes utilisés dans ces prospectus n’étaient pas exacts.

    Cette croix a été réalisée chez un artisan ferronnier en région parisienne mais je ne connais ni son nom ni le lieu.
    L’ancienne croix a été effectivement posée de l’autre côté du village au grand dam de mon père. Mon père travaillait a Estaing avec le maire et le conseil municipal.

    La famille de ma mère était d’Estaing ((les Momméja) et la maison sur laquelle est posée la plaque était la maison familiale du temps de ma grand mère, ensuite c’est un cousin de ma mère qui en a hérité.

    Nous achetions les coupes au fur et à mesure des besoins et nous apposions une croix fabriquée dans nos ateliers. Le fabricant de coupes n’existe plus de nos jours.
    Lorsque l’interlocuteur de mon père n’était pas le conseil municipal, c’était souvent le Comité des fêtes (Loulou Pagès- Bernard Brunet) ou bien effectivement monsieur Reynès.

    Cette croix n’est plus que petitement diffusée aujourd’hui par la société SAGA (monsieur DANINO) qui est à Paris mais avec ses ateliers en Thailande.

    Sincèrement

    AM LESIEUR -STOULS

    RépondreSupprimer
  3. Le motif répété 5 fois (une fleur à 4 pétales incluse dans un cercle) sur le bijou fabriqué par Henri Lesieur et donc dans les prospectus publicitaires émis entre 1958 et 1960 n'était répété que 4 fois sur la croix initiale. De plus la réclame parlait de croix en fer forgé alors que la croix était en fonte. (un fonctionnaire du ministère de la Culture lui en fit la remarque et exigea la destruction des documentations et l'arrêt des réclames). C'est probablement pour ces deux raisons que Henri Lesieur fit réaliser par un artisan ferronnier en région parisienne la croix actuelle qu'il finança, conforme au bijou qu'il avait conçu.

    RépondreSupprimer